Arrestation d'Assange : le président équatorien est un "traître", selon son prédécesseur

L'ex-président équatorien Rafael Correa, en exil en Belgique depuis 2017, a accusé jeudi son successeur Lenin Moreno d'être responsable de l'arrestation du fondateur de Wikileaks Julian Assange à Londres, le qualifiant de "plus grand traître de l'histoire latino-américaine"
"Cela met la vie d'Assange en danger et humilie l'Equateur. Jour de deuil mondial", a écrit Rafael Correa sur son compte Twitter peu après l'arrestation de Julian Assange à l'ambassade d'Equateur à Londres.
C'est dans ce bâtiment diplomatique que le fondateur australien de Wikileaks avait trouvé asile en juin 2012, afin d'échapper à un mandat d'arrêt pour des accusations de viol et d'agression sexuelle en Suède qu'il a toujours rejetées.
Pour Rafael Correa, qui était à l'époque président de l'Equateur, celui qui lui a succédé en 2017, Lenin Moreno, est responsable de l'arrestation survenue jeudi matin dans la capitale britannique.

Posts les plus consultés de ce blog

Janvier 2020: Liste des 10 sénateurs à qui ont accordé la continuité du mandat en Haïti

« J’ACCUSE » – Lettre à la nation du député Jerry Tardieu

Haiti: Un citoyen étranger et un policier haitien tués par balles