Les premières fois de Shishie

Quand Shishie postait sa première vidéo- en parodiant les élèves qui adorent manger les « pate kòde » en 2013, elle ignorait que 4 ans plus tard, elle allait se faire un nom en Haïti, grâce à ses aptitudes humoristiques. Quel heureux tournant ! Aujourd’hui Camise Délia, dite Shishie, est très connue sur les réseaux sociaux, avec plus de 186 000 fans sur son compte IG seulement. Malgré son succès dans l’humour, la première passion de la comédienne demeure la chanson. De sa première prestation de chant, à l’âge de 6 ans, à ses performances avec Boulot Valcourt dans son adolescence, Shishie a toujours fait de la musique son véritable dada. Pour cause, on retrouve la charmante dame en featuring avec des artistes comme : Fatima, Roody Roodboy, Izolan, Wendyyy… D’autre part, ses talents d’actrice n’ont pas échappé aux réalisateurs. La voix de « Cheri ban m tou » compte à son actif deux longs-métrages : « Kite m pale » de Réginald Lubin et « Babay papa » de Valéry Numa. De passage à Ticket, la chanteuse-comédienne de bientôt 24 ans nous a, en toute franchise, livré ses toutes premières fois saupoudrées d’humour et d’intrigue.
Premier jour sur terre ?
C’était le 13 octobre de l’année 1993. Je ne suis pas née dans un hôpital. Maman a accouché à la maison, ensuite, on nous y a conduits, elle et moi.
Première école ?
Le Centre classique Don Bosco.
Première fessée ?
J’avais entre 6 et 7 ans. Il y avait ce voisin qui habitait le quartier, il était menuisier. Un jour, je lui ai demandé de me fabriquer une chaise. Les jours passèrent et moi, impatiente de retrouver ma fameuse chaise, j’ai traversé la rue pour aller la récupérer chez le voisin. Arrivée chez lui, il m’a informée qu’il y travaillait encore, que je devais patienter. À mon retour de chez le voisin, j’ai rencontré une dame du quartier qui m’a conduite chez elle. J’ai donc passé des heures chez la dame, ce qui a poussé mon père à venir me chercher. Furieux, papa m’a attrapée par le cou. M pa kache di w, jou sa a m manje baton.
Première communion ?
Un 27 mai, à l’Église St-Pierre.
Premier poème ?
C’était en primaire. J’étais encore au Centre classique Don Bosco. Un camarade de classe l’avait écrit pour moi. Powèm tèt anba, fo fransè ! (Rires).
Première fois sur scène ?
Awww! Moment inoubliable. Le jour de ma graduation, j’avais 6 ans. On voulait que je danse, mais, moi, j’ai insisté pour chanter. Mon insistance a payé, on m’a permis de prendre le micro. C’était ma grande première en public. J’étais toute contente.
Premier featuring ?
Avec Roody Roodboy, dans « Ou pa merite m ».
Premier baiser ?
J’étais âgée de 12 ou 13 ans. Il habitait en bas de chez moi. Lui et moi étions en train de parler, il m’a approchée, il a passé sa main autour de ma taille et m’a embrassée. Tremblotante, j’ai filé tout droit dans ma chambre, lui écrire une lettre. Pour lui dire, de ne plus recommencer, car il ne m’est pas permis de faire « ce genre de truc ». Se lè m gran m ap kapab fè sa (rires). Malheureusement, ma marraine m’a surprise avec la lettre. Elle l’a confisquée tout en m’avertissant qu’elle comptait bien se présenter chez les parents du garçon. Ce qu’elle n’a pas fait finalement, heureusement (rires).
Premier amour ?
Cette question ravive des souvenirs douloureux. Ce n’était pas franchement une bonne expérience. Élève de cinquième, je faisais encore mes premiers pas dans les relations amoureuses- aucune expérience à l’horizon. Mes parents me privaient de sortie. Donc, il y avait des choses qui devenaient quasiment impossibles. Mais lui, en tant qu’expérimenté ,ne comprenait guère ma situation. Il voulait que je fasse des trucs que je ne pouvais en aucun cas me permettre. Donc, j’ai dû tout casser.
Première grande passion ?
Chanter. Depuis mon enfance, la musique a toujours été mon dada. Je chantais tout le temps.
Première scène de jalousie ?
Je suis très jalouse. Mais, je ne suis pas du genre à piquer des crises, encore moins en public.
Première bagarre ?
En primaire au Centre classique Don Bosco, je me suis fait pas mal d’ennemis. Yo te rayi m (rires). Enfant brillante et disciplinée, c’était donc à moi que revenait la tâche de surveiller mes camarades en l’absence du professeur. Vint ce jour où j’ai averti ces deux turbulentes de la classe que si elles continuaient à parler, à perturber la salle, je n’hésiterais pas à inscrire leurs noms sur la liste. Malheureusement, elles ont fait la sourde oreille, et, moi, j’ai fait mon devoir. M ekri non yo (rires). Après le renvoi, elles m’ont suivie dans la cour. Elles se sont jetées sur moi. Pase pou m pa bat m woule ak yo epi m kout dan, m kout pye (rires).
Première voiture ?
Ma toute première voiture : une Tucson blanche, 2008.
Premier travail ?
Entre 2008 et 2009, j’ai travaillé comme hôtesse pour Mototec.
Premier gros chagrin ?
En 2012, j’ai dû mettre fin à une belle amitié.
Premier mariage ?
Je ne me suis jamais mariée.
Premier enfant ?
Je n’ai pas encore d’enfant.
Première infidélité ?
Ce n’est pas dans mes habitudes. Quand ça ne va plus, je préfère m’en aller.

Première fois au volant ?
En 2010, c’était une Nativa.
Première cigarette ?
J’avais 8 ou 9 ans. On m’a envoyée acheter une cigarette, je l’ai allumée et j’ai pris quelques bouffées (rires).
Première fois à l’étranger ?
Je n’ai pas encore voyagé. Men si Sendomeng konte nan etranje a, j’y suis allée très souvent (rire).
Premier diplôme ?
Je compte poursuivre mes études en marketing et relations publiques. Par conséquent, mon premier diplôme, c’est pour bientôt.
Premier texte écrit ?
Hey! Tèks tèt chaje (rires)! C’était pendant mon enfance. Je me souviens encore de ces quelques phrases : Chak ane k ap vini, tout timoun ap mande kot lavi a ye. Chak ane k ap vini, tout granmoun ap mande, kot lavi a ye…
Premier film ?
Kite m pale, c’était en 2010.
Première prestation d’actrice ?
J’étais dans la peau de Kyria dans le film Kite m pale. Grâce à ce rôle, j’ai pu confirmer mes talents d’actrice. Cette prestation a fait pleurer beaucoup de monde.
Premier séjour en prison ?
Pas encore (rires).
Première déclaration d’amour par une femme ?
En 2014. Je venais tout juste de commencer à poster les vidéos sur les réseaux sociaux. Elle m’a écrit sur Kik. Elle m’a avoué qu’elle aimait les femmes, que ces dernières sont plus douées que les hommes et qu’elle aimerait tout m’apprendre. Li vle antrene m pou m ka pran gou nan sa, paske l renmen m.
Première grande joie ?

Elle remonte encore au jour de ma graduation. Ce jour où j’ai pris le micro pour la toute première fois.

Posts les plus consultés de ce blog

Janvier 2020: Liste des 10 sénateurs à qui ont accordé la continuité du mandat en Haïti

« J’ACCUSE » – Lettre à la nation du député Jerry Tardieu

Haiti: Un citoyen étranger et un policier haitien tués par balles